Géopolitique de l’Electricité – Qu’attendre du solaire et de l’éolien pour le climat ?

Le Président de la République, le 17 décembre dernier, sur France 2, a déclaré que « sa priorité était la baisse des émissions de CO2 et le réchauffement climatique ». Des mesures sont envisagées pour accélérer le déploiement du solaire et de l’éolien. Dans quelques jours, paraîtra un décret facilitant les procédures pour la construction des éoliennes.

Pour le climat, notre pays vient de se doter d’un instrument de pilotage, le « Suivi de la Stratégie Nationale Bas-Carbone ». Son utilisation additionnée des scénarios d’application de la Loi de Transition Energétique bâtis par le Réseau de Transport d’Electricité permettent , par un simple constat d’une page, d’évaluer l’intérêt du solaire et de l’éolien pour la lutte contre le réchauffement climatique en France.

C’est l’objet de cette Brève d’Actualités de la Lettre Géopolitique de l’Electricité » ci-jointe.

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique, seul endroit où solaire et éolien agissent, sont pratiquement à leur minimum. Ces énergies reçoivent néanmoins la plus grande part des fonds publics consacrés au climat; En conséquence les émissions des secteurs « transports » et « bâtiments » , mis à la portion congrue, s’envolent, entraînant une augmentation des émissions totales françaises en 2015 et 2016 et déjà annoncée pour 2017.

Le respect de nos engagements ainsi que la crédibilité de la parole de la France concernant le climat passent par un transfert massif de l’argent public consacré au solaire et à l’éolien vers les autres énergies renouvelables et l’efficacité énergétique en ciblant les secteurs « transports » et « bâtiments » responsables de la moitié de nos émissions.

Notre pays a désormais une autre courbe à inverser: celle des émissions de gaz à effet de serre.

Lionel Taccoen

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*